Egalité des chances

Améliorer la représentation de genre / équilibre entre les genres

Un des principaux objectifs fixés par UNI Global Union, par le biais de son Département Egalité des chances, est de parvenir à un développement productif basé sur l’égalité de genre. Nous considérons ce principe comme essentiel pour parvenir à un développement durable et à une véritable justice sociale pour tous.

Pour atteindre cet objectif, le Département Egalité des chances réalise des programmes, des campagnes et d’autres activités, tant au sein de l’organisation que parmi nos affiliés.

Violence envers les femmes

Harcèlement sexuel

La hiérarchie entre les genres, socialement et culturellement établie, recèle des relations de pouvoir. Toute relation de pouvoir est par définition asymétrique, c’est-à-dire que dans la relation, un des sujets a le pouvoir et l’autre non.

En général, les hommes sont socialement plus valorisés que les femmes. Cette situation asymétrique est présente dans de nombreux domaines de la vie sociale et peut conduire à la violence (physique, verbale ou psychologique).

Le harcèlement sexuel est une forme de violence qui, par une manifestation de pouvoir, intimide, humilie et porte atteinte à la dignité d’une autre personne. Ce comportement est de nature sexuelle (contacts physiques, avances sexuelles, commentaires et blagues à contenu sexuel, étalage de matériel pornographique ou commentaires déplacés) et non désiré ; il est perçu par la victime comme une condition pour conserver son emploi, ou comme une situation qui génère un environnement de travail hostile, intimidant et humiliant.

L'écart salarial

Sur le lieu de travail, l’un des domaines où il existe des disparités entre les genres est la différence de rémunération que les hommes et les femmes perçoivent pour un travail de valeur égale. Une étude de la Confédération syndicale internationale (CSI) montre que l’écart salarial mondial est de 15,6%.

Ce chiffre ne tient toutefois pas compte des millions de femmes qui travaillent dans l’économie informelle sans aucune protection. Dans bien des pays également, il manque de statistiques fiables pour rédiger des rapports plus précis. Par conséquent, ce chiffre déjà élevé serait encore plus important.

L’accès à l’éducation reste essentiel pour combler l’écart salarial. Ce n’est toutefois pas le seul instrument, car les femmes ayant une éducation supérieure sont celles qui connaissent l’écart salarial le plus important par rapport à leurs homologues masculins.

C’est pourquoi, UNI s’est engagé à œuvrer pour que la Convention 100 de l’OIT réclamant l’égalité de rémunération pour les hommes et les femmes pour un travail de valeur égale soit appliquée sur tous les lieux de travail.

Santé des femmes

La santé est un droit humain universel. C’est la raison pour laquelle chaque individu, quels que soient sa religion, son âge ou l’endroit où il vit, a droit aux informations et aux services de santé qui lui permettront de prendre soin de son corps et de mener une vie de qualité.

La santé ne consiste pas seulement à ne pas être malade, mais aussi à avoir accès à un niveau de vie raisonnable, au logement, à la nourriture, à un travail décent, ainsi qu'à un niveau approprié d'assistance médicale afin de pouvoir développer tout notre potentiel en tant qu'individus.

Pour pouvoir véritablement parvenir à l'égalité de genre, nous devons prendre en compte la santé et le bien-être des femmes. C'est une condition préalable pour favoriser la croissance durable de nos communautés.

Equilibre vie-travail

La mondialisation de l’économie a apporté des changements dans la structure du marché du travail et de l’organisation du travail, restée stable au cours du 20e siècle. Le modèle traditionnel de répartition sexuelle du travail avait placé les tâches productives (subvenir aux besoins de la famille) en mains des hommes et les tâches reproductives en mains des femmes (s’occuper des enfants et des aînés, tâches ménagères).

Aujourd’hui les femmes partagent de plus en plus avec les hommes le rôle consistant à subvenir aux besoins de la famille. Cependant un changement similaire ne s’est pas produit dans la répartition du travail domestique. De ce fait, les femmes assumant les deux rôles (productif et reproductif) travaillent davantage d’heures que les hommes, ont moins de temps de repos et ont une lourde charge de travail qui met leur santé en danger et limite leurs chances de faire carrière.

Nous devons ainsi réfléchir à ces questions et concevoir des politiques visant à équilibrer le travail et la vie de famille pour surmonter les inégalités, afin que les hommes comme les femmes aient pleinement accès à la vie de famille et à la carrière professionnelle.