x Aidez-nous à mettre fin aux conditions de travail éprouvantes d'Amazon en Inde !

L'Union KFIU-KDB s'oppose à la délocalisation forcée de la Banque de développement de Corée

06.04.23

L'Union KFIU-KDB s'oppose à la délocalisation forcée de la Banque de développement de Corée

Depuis plus de 300 jours, le syndicat de la KDB, membre de l'Union de l'industrie financière coréenne (KFIU), affiliée à UNI, lutte contre la décision du gouvernement de déplacer la Banque de développement de Corée (KDB) de la capitale Séoul à la ville portuaire de Busan, dans le sud du pays. 

Cette décision a été prise dans le cadre de la nouvelle politique du gouvernement sud-coréen visant à renforcer l'investissement et le développement dans les villes de province. La KDB est l'une des entités du secteur public visées.

La KDB est actuellement installée dans le quartier de Yoido à Séoul, où se trouvent toutes les grandes institutions financières, notamment les banques, les maisons de courtage, les sociétés de gestion d'actifs, les cabinets comptables et les sociétés de conseil.

Lors d'une réunion de consultation tenue le 22 mars avec Kim Han-Kyu, un législateur du Parti démocratique, la KFIU a exprimé sa grande inquiétude concernant le plan de délocalisation et a soutenu la position de l'Union de la KDB.

Au cours de la réunion, M. Kim Hyun-Joon, président du syndicat de la KDB, a exposé les raisons pour lesquelles le plan de relocalisation proposé n'aboutira pas,

"Déplacer la banque de développement loin de Séoul signifie que nous renonçons à un emplacement stratégique dans le centre financier du pays.

"Les employés les plus performants qui ne veulent pas quitter Séoul partiront, ce qui aura un impact négatif sur les clients existants. Cela rend également beaucoup plus difficile la coordination des politiques en cas d'urgence.

"Nous sommes d'accord pour dire qu'il est important de renforcer les zones régionales. Cependant, une telle politique nécessite des mesures spéciales et ciblées plutôt que des mesures générales qui ne tiennent pas compte des caractéristiques uniques des entités concernées, telles que la KDB".

Le président de la KFIU, Park Hong-Bae, est du même avis : "Si le plan de délocalisation de la KDB se poursuit, il mettra en péril la force fondamentale des activités de la KDB et ne servira pas l'économie nationale à long terme."

UNI Asie et Pacifique soutient pleinement les efforts du syndicat de la KFIU-KDB et publie une déclaration disant : "Nous sommes solidaires du syndicat et nous sommes également préoccupés par le fait qu'il semble y avoir un manque de consultation avec le personnel concerné et avec le syndicat qui représente les préoccupations du personnel. Nous demandons instamment à la direction de la KDB et aux autorités compétentes d'examiner sérieusement l'impact d'une telle décision sur le secteur financier et le développement du pays, ainsi que l'impact sur le personnel, y compris leurs familles. 

La KDB, créée en 1954, est l'une des principales institutions financières du pays. Elle promeut le développement industriel par le biais de programmes de financement et de restructuration fondés sur des politiques. Elle a historiquement joué un rôle de premier plan dans l'économie coréenne, notamment en finançant les secteurs des ports, de la construction navale, de l'automobile et de la sidérurgie.

L'institution a également joué un rôle crucial dans le sauvetage d'entreprises coréennes en difficulté, qui auraient eu des conséquences économiques et sociales dévastatrices et généralisées si elles avaient fait faillite.

Nouvelles

Finances

UNI Asie & Pacifique