Cet article n'est actuellement pas disponible dans la langue de votre choix. Pour revenir à cette langue, cliquez ci-dessous.

L’impact du Covid-19 sur la santé mentale des jeunes travailleurs

01.07.20

L’impact du Covid-19 sur la santé mentale des jeunes travailleurs

La nécessité pour les syndicats de s’attaquer à la santé mentale des jeunes travailleurs à la suite du Covid-19 a été clairement établie lors d’un webinaire organisé par UNI Jeunesse le 29 juin.

Le département de l’égalité des chances d’UNI a réuni de jeunes syndicalistes et des experts en santé mentale de l’Organisation mondiale de la santé et du Centre norvégien de gestion de la vie et de la santé publique, pour discuter de l’impact de la pandémie sur la santé mentale des jeunes travailleurs et partager les meilleures pratiques en matière de soutien au  bien-être mental des travailleurs.

La peur de contracter le coronavirus ainsi que les nouvelles réalités du travail à domicile, le chômage partiel, l’enseignement à domicile des enfants et le manque de contact avec les autres membres de la famille, les amis et les collègues sont autant de facteurs de stress qui affectent les jeunes travailleurs dans ce que certains ont surnommée la «quatrième vague de la pandémie».

Pour les jeunes, les facteurs de stress les plus courants sont l’anxiété, la dépression, la solitude, l’autocritique, le stress et une faible estime de soi. Bernadette Reyes du syndicat des finances NUBE aux Philippines et présidente d’UNI Apro Jeunesse, a également souligné les problèmes liés aux jeunes travailleurs, qui sont touchés par des pertes d’emplois, des réductions de salaire et un travail précaire.

Étant donné que plus de 50% de tous les cas de maladie mentale apparaissent avant l’âge de 14 ans, les jeunes sont particulièrement vulnérables aux problèmes de santé mentale, qui les toucheront tout au long de leur vie.

“Nous devons normaliser la santé mentale – personne n’est à l’abri. Tout le monde, à un moment donné, est susceptible de souffrir de problèmes de santé mentale”, a déclaré Luke Elgar du syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, le CWU, au Royaume-Uni. Mon syndicat compte 700 responsables formés en santé mentale et un comité dédié à la question.

Le syndicat argentin FATSA prend également des mesures pour soutenir les travailleurs: “Nous avons fait appel à des psychologues qualifiés pour fournir des conseils professionnels en santé mentale à nos membres pendant la pandémie”, explique Alejandro Abraham, président d’UNI Americas Jeunesse. «Le Covid-19 a été reconnu en Argentine comme une maladie professionnelle, ce qui nous a aidés.»

Avant cette réunion, UNI Jeunesse a organisé un échange de vues avec de jeunes travailleurs du monde entier. Les résultats ont montré que 48% de tous les répondants avaient augmenté leur niveau d’anxiété pendant la pandémie, suivi par le taux de stress à 41%.

« Sans aucun doute, la santé mentale est un élément clé du bien-être au travail et de la sécurité et de la santé de nos travailleurs», a déclaré Marta Ochoa, directrice d’UNI Jeunesse. «Et les syndicats peuvent aider. Grâce à de solides négociations collectives, ils peuvent soutenir des initiatives concernant la création de politiques, la communication, les ressources de formation et le traitement de prévention précoce qui peuvent aider à réduire la stigmatisation, à créer des lieux de travail positifs et à réduire les impacts et les risques. »