x Aidez-nous à mettre fin aux conditions de travail éprouvantes d'Amazon en Inde !

Débat sur les marchés publics au Parlement européen : "Ne financez pas le dumping social !

12.01.24

Le 15 janvier, lors d'un débat en séance plénière, les députés européens demanderont à la Commission européenne de réviser la directive sur les marchés publics. Le principal point d'achoppement ? La Commission permet que les critères sociaux et les conventions collectives soient considérés comme des mesures discriminatoires dans les marchés publics.

Débat sur les marchés publics au Parlement européen : "Ne financez pas le dumping social !

Le lundi 15 janvier 2024, les membres du Parlement européen (MEP) débattront d'une d'une question orale sur "le rôle des critères d'attribution sociaux dans les marchés publics dans le renforcement des droits sociaux, des bonnes conditions de travail et des marchés du travail inclusifs Commission" lors d'une session plénière à Strasbourg.

Trop souvent, l'argent public alimente une course au moins-disant social. Trop souvent, les marchés publics sont attribués uniquement sur la base du prix le plus bas. Et trop souvent, cela se fait au détriment des travailleurs.

Le débat au Parlement européen marquera la dernière étape de la campagne deUNI Europa visant à exposer les problèmes de la directive européenne sur les marchés publics. Pour n'en citer que quelques-uns :

  • La décence, une mesure discriminatoire ? Un récent rapport du Parlement européen du Parlement européen a souligné l'incertitude juridique quant à la question de savoir si les critères sociaux et les négociations collectives pouvaient être considérés comme des mesures discriminatoires dans le cadre d'un marché public. Une autorité publique oserait-elle fixer des normes élevées et ambitieuses pour un appel d'offres public si elle craignait d'être poursuivie pour cela ? Probablement pas. Lors du débat en séance plénière, il sera demandé à la Commission si elle envisage de réviser la directive sur les marchés publics afin d'éliminer cette incertitude.
  • Les droits fondamentaux internationaux du travail sont-ils facultatifs ? On pourrait s'attendre à ce que les violations des droits du travail dans les marchés publics soient inacceptables. Cependant, dans la réalité, il n'est pas obligatoire de mettre fin à un appel d'offres après des violations du droit du travail. Pire encore, le respect des conventions de l'OIT ne peut être utilisé comme critère d'exclusion obligatoire avant la sélection du contractant. Lors du débat en séance plénière, il sera demandé à la Commission si elle entend prendre des mesures pour garantir qu'un mauvais contractant puisse être exclu de futurs appels d'offres lorsque des conventions fondamentales de l'OIT n'ont pas été respectées dans le passé.
  • Qui est responsable ? Les chaînes de sous-traitance sans fin qui s'étendent dans le monde entier rendent les infractions difficiles à détecter et la responsabilité facile à ignorer. La directive actuelle n'apporte pas de réponse suffisante à ce problème. Lors du débat en séance plénière, il sera demandé à la Commission si elle entend promouvoir la responsabilité conjointe et solidaire et/ou limiter les chaînes de sous-traitance.

De nombreuses institutions ont critiqué les lacunes de la directive sur les marchés publics : 

  • La Commission Commission européenne est bien consciente que son approche volontaire des marchés publics sociaux n'est pas suffisante. En ce qui concerne les marchés publics écologiques, elle a ouvertement déclaré que " [...]par rapport à une approche volontaire, des critères ou des objectifs obligatoires permettront de maximiser l'effet de levier des dépenses publiques pour stimuler la demande de produits plus performants".
  • A 2023 Le rapport de la Cour des comptes européenne a constaté que la promotion des achats stratégiques pour encourager une plus grande prise en compte des aspects environnementaux, sociaux ou innovants a eu un impact limité, et que la part des procédures utilisant des critères d'attribution autres que le prix est très limitée malgré la réforme des marchés publics de 2014. Le rapport conclut que la réforme de 2014 de la directive sur les marchés publics n'a pas eu d'effet démontrable ;
  • L'étude de la commission étude de la commission EMPL sur l'impact social des marchés publics à partir de septembre 2023 a mis en évidence les limites que la directive impose au suivi des conventions collectives. Elle recommande donc de "de réviser et de clarifier la clause sociale obligatoire, en stipulant explicitement que les conventions collectives ne peuvent jamais être considérées comme une mesure discriminatoire dans les marchés publics." ;
  • Lors d'une audition publique du Parlement européen en octobre 2023, organisée par la commission EMPL sur les marchés publics sociaux, plusieurs experts et députés européens ont appelé à la révision de la directive sur les marchés publics pour mettre fin à l'incertitude juridique de l'utilisation des conventions collectives dans les critères de passation des marchés publics (article de synthèse, programme, streaming en ligne) ;
  • Lors d'une audition publique du Parlement européen organisée en décembre 2021 par la commission IMCO sur les marchés publics durables, plusieurs experts et députés européens ont souligné les lacunes de la directive sur les marchés publics, déclaré que l'approche volontaire pour parvenir à des marchés publics durables sociaux et écologiques n'est pas suffisante et qu'une révision de la directive est nécessaire (article de synthèse, programme, streaming en ligne) ;
  • Les employeurs et les syndicats des secteurs à forte intensité de main-d'œuvre ont publié des déclarations conjointes demandant à la Commission européenne d'adapter les règles relatives aux marchés publics afin de garantir que ceux-ci ne soient attribués qu'à des entreprises qui sont parties ou adhèrent aux conventions collectives nationales (nettoyage, sécurité et restauration) ;

La révision de la directive sur les marchés publics est attendue depuis longtemps. Le rapport de révision qui pourrait proposer un acte juridique pour réviser la directive sur les marchés publics était prévu pour 2019. Il a été reporté à 2021. En 2021, la Commission européenne a de nouveau reporté le processus à 2024, arguant qu'il faudrait trois ans aux experts pour préparer le rapport de révision de la directive sur les marchés publics.

Aujourd'hui, une large coalition d'institutions, de syndicats, d'employeurs, d'experts et de parlementaires appelle la Commission européenne à réformer la directive. Soutenez la campagne pour la réforme des marchés publics et dites à la Commission européenne "Ne financez pas le dumping social !" sur X.

Nouvelles

UNI Europa