x Aidez-nous à mettre fin aux conditions de travail éprouvantes d'Amazon en Inde !

Les actionnaires prennent position pour les droits des travailleurs chez Amazon

26.05.23

Les actionnaires prennent position pour les droits des travailleurs chez Amazon

Lors de la réunion des actionnaires d'Amazon du 24 mai, il est apparu clairement que les investisseurs font pression sur l'entreprise sur les questions ESG, y compris sur les droits syndicaux .

Par exemple, le fonds de pension Cometa, le plus important d'Italie avec environ 470 000 membres et 13 milliards de dollars d'actifs gérés, s'est opposé à la réélection du PDG d'Amazon, Jeff Bezos. Cette décision a été motivée par les résultats catastrophiques de l'entreprise en matière de droits des travailleurs et de discrimination raciale et sexuelle. 

Le fonds italien a exercé son droit de vote sur près de deux douzaines de points supplémentaires de l'ordre du jour, notamment ceux visant à préserver la santé et la sécurité des travailleurs, les droits civils, les droits du travail, l'équité salariale et la durabilité environnementale.  

Ces dernières semaines, plusieurs autres investisseurs influents, dont Norges Bank Investment Management et un groupe de 12 fonds de pension danois, ont publiquement soutenu la proposition 16, une résolution d'actionnaire demandant une évaluation par un tiers de l'engagement d'Amazon en matière de liberté d'association. En outre, Schroders a annoncé qu'il voterait en faveur de la proposition 21, qui demande un rapport sur les conditions de travail. 

Les travailleurs d'Amazon ont présenté ces résolutions aux actionnaires présents et au conseil d'administration.

"Nous constatons que les investisseurs veulent de la transparence et de la responsabilité en ce qui concerne les conditions de travail, et nous félicitons les fonds qui ont voté pour faire progresser les droits de l'homme, y compris les droits des travailleurs d'Amazon", a déclaré Christy Hoffman, secrétaire générale du syndicat UNI Global . "Cette responsabilité est impossible sans les négociations collectives et les syndicats. C'est pourquoi il est si important que toutes les parties prenantes exigent des dirigeants d'entreprises comme Amazon qu'ils respectent la liberté d'association." 

L'année dernière, UNI s'est jointe au Comité du syndicat mondial sur le capital des travailleurs (CWC) pour publier Prospérité partagée, un rapport expliquant pourquoi et comment les investisseurs devraient réagir dans les cas où les entreprises enfreignent les droits des travailleurs à s'affilier à un syndicat et à négocier collectivement. 

Nouvelles

Entreprises et droits de l'homme

Alliance syndicale mondiale UNI Amazon