Cet article n'est actuellement pas disponible dans la langue de votre choix. Pour revenir à cette langue, cliquez ci-dessous.

UNI et ses affiliés rencontrent un fonds d'investissement norvégien pour discuter des progrès en matière de droits des travailleurs 

07.03.23

UNI et ses affiliés rencontrent un fonds d'investissement norvégien pour discuter des progrès en matière de droits des travailleurs 

Avec ses affiliés HK Norvège et FSU Norvège, UNI Global Union a récemment rencontré la Norges Bank Investment Management (NBIM), qui gère les investissements du fonds souverain norvégien - le deuxième plus grand du monde - pour discuter de la mise en œuvre de ses attentes récemment publiées sur la gestion du capital humain, y compris les droits des travailleurs.

La réunion a constitué une étape importante dans les efforts déployés par UNI depuis des années pour amener la NBIM à mettre en avant les questions relatives aux travailleurs dans ses discussions avec les plus de 9 000 entreprises du portefeuille du fonds. La NBIM détient une participation de plus de 1,5 % de toutes les sociétés cotées en bourse dans le monde et de plus de 2,7 % de celles en Europe, ce qui en fait généralement le deuxième ou le troisième plus grand actionnaire des sociétés européennes cotées en bourse. L'importance de ses participations, ainsi que sa position mondiale, font de la banque une référence en matière d'investissement responsable dans le monde entier.

Bien que le document sur les attentes de la NBIM ne soit pas parfait, sa publication l'année dernière a marqué un progrès significatif dans la volonté de la banque de se concentrer sur les droits des travailleurs. La SGPNB a établi que : "De bonnes relations de travail, y compris la liberté d'association et la négociation collective, constituent une base pour que les entreprises puissent adopter et mettre en œuvre efficacement des stratégies de gestion du capital humain."

Peu après la publication des attentes, UNI et ses affiliés ont appelé à une action forte derrière ces mots. La réunion de la semaine dernière a souligné pourquoi la mise en œuvre est si importante en mettant en lumière des cas comme celui d'Amazon, qui a un long passé de violations des droits et de mauvais traitements des travailleurs.

La réponse de la banque à ces préoccupations sera suivie de près par UNI et ses affiliés. Elle sera également suivie par les membres du Parlement norvégien, qui supervisent la banque et ont également rencontré UNI et HK Norvège.

"Cela pourrait être un tournant dans la manière dont la banque utilise son influence démesurée pour garantir le respect des droits des travailleurs dans les entreprises du monde entier, et cela aurait un effet d'entraînement sur les autres investisseurs", a déclaré Christy Hoffman, secrétaire générale d'UNI. "C'est un grand changement, et c'est une grande affaire. Maintenant, nous devons voir comment cette reconnaissance explicite des droits fondamentaux est mise en pratique. Au bout du compte, c'est ce qui compte."

UNI s'est engagé auprès de la banque pour promouvoir les droits des travailleurs depuis plus d'une décennie, en soulevant les problèmes de travail de certaines entreprises et en demandant que l'accent soit mis sur les droits fondamentaux du travail, ainsi que sur le renforcement de la manière dont le fonds exerce son influence.

La réunion avec la NBIM s'inscrit dans le cadre d'un effort plus large visant à inciter les investisseurs à agir en matière de liberté d'association et de négociation collective, suite à la publication durapport "Shared Prosperity" qu'UNI a co-rédigé avec le Comité du capital des travailleurs du groupement Global Unions. Ce rapport explique pourquoi et comment les investisseurs doivent réagir lorsque des entreprises portent atteinte aux droits des travailleurs de se syndiquer et de négocier collectivement.